Interview avec l’artiste :

Catherine in her atelier
Catherine dans son atelier
Quel a été votre formation artistique? Quand avez-vous décidé d’essayer de vivre de votre art ?
Ce n’est pas moi qui ai décidé de peindre, le dessin et la peinture se sont imposés à moi dès mon plus jeune âge : je me revois, à neuf ans, en classe, dessiner sur mes buvards roses des visages de petites filles style bande dessinée. Ma première exposition eut lieu à l’âge de treize ans dans une salle vide de la gendarmerie de Dieulefit (village provençal de Drôme)… !

Ma « vraie » première exposition personnelle eu lieu en 1990, dans un lieu voûté magnifique à Crest dans la Drôme, la Galerie « Espace Liberté ». Et depuis j’expose sur Paris, Nice, Vence, Antibes, la Suisse, la Suède et les pays nordiques. (Voir mon C.V.) .

Longtemps, pendant 32 ans, j’ai été institutrice à mi-temps et artiste à plein temps ! Avec une formation à l’Ecole des Beaux-arts de Valence (Drôme) : en 1992-1993 la deuxième année du cursus, et de 1990 à 2005 une formation en gravure.

Eclat d'Ombre
Eclat d’Ombre

Comment avez-vous eu connaissance de la Galerie des Studios de Paris? Qu’est-ce qui vous a donné envie d’exposer chez nous ?

Depuis juin 2012, tous les mois, nous nous rendons, mon mari et moi à Montmartre, 3 ou 4 jours, pour aider un oncle et une tante, artistes peintres montmartrois âgés.

Mon œil a été attiré par les belles vitrines claires de cette petite galerie et son design. J’ai eu envie de pousser la porte …  la douceur d’Eva m’a enchantée, et le côté dynamique de cette équipe m’a inspirée !

A painting from the Buqui collection
A painting from the Buqui collection
Parlez-nous un peu de cette exposition que vous allez nous proposer à la Galerie des Studios de Paris – son nom, son sens, sa philosophie ?

L’exposition à la galerie Studios Paris se nommera « Croco fashion/textures » en clin d’œil à la  texture « peau » des toiles matiéristes, des signes, traces et collages des travaux sur papier.

Ces travaux sont des espaces de poésie, des espaces intérieurs, des étendues de silence et/ou des interrogations sur l’humain.

Ennoncé
Ennoncé
Quels travaux et quelles collections allez-vous exposer?  Je vais présenter deux types de travaux qui définissent véritablement mon travail, se répondent et me sont nécessaires :

  • Une série d’environ 6 travaux sur papier en technique mixte : gravures, peintures, collages, bribes de mots…, encadrés sous verre ;
  • Une série d’environ 10 tableaux sur toile, « Croco fashion », avec une structure épaisse incisée, griffée, à base de poudre de marbre, colle et peinture acrylique. Des toiles seules (100 cm x 80 cm) ou en diptyques étroits (100 cm x 40 cm, ou 90 cm x 40 cm).
En pleine conscience
En pleine conscience
A quelle expérience sensorielle les visiteurs doivent-ils s’attendre en poussant la porte de l’exposition ?

Les visiteurs pourront regarder mes travaux comme s’ils lisaient un poème de Baudelaire ou Charles Juliet, chargé d’émotion. Ce sont des espaces du dedans, des espaces de méditation,  où le travail de la matière et du geste renvoie à l’ « être », au sens où le regard que l’on pose sur la peinture amène à s’interroger sur soi-même, à faire un voyage intérieur.

IMG_0227-1024x765

Comment définiriez-vous votre art ? Est-il abstrait, conceptuel ?

Mon travail est définitivement abstrait. Certains y verront des espaces physiques : corps, mer, désert, montagne, ou vers de terre !

Moi, j’ai besoin de ne rien y voir.

J’utilise des textures diverses, la matière épaisse très tactile, pour exprimer ou tenter d’exprimer le subtil, le non-tactile, l’indicible, l’invisible, le monde invisible.

Peindre pour moi est une quête spirituelle, une recherche de l’absolu. C’est rejoindre l’infini et aller toucher l’au-delà ?…

Invasive
Invasive
En quoi texte et image sont-ils intimement liés dans vos travaux ?

Ma démarche est proche de la poésie…

Le texte (ou les bribes de textes) n’est pas forcément là pour être lu. Le texte étant plutôt illisible. Et la partie lisible du texte est là pour questionner, surprendre, et donner des pistes poétiques et/ou ressenti esthétique, ou un ressenti tout court.

IMG_0243-1024x765

Comment décririez-vous votre démarche de création artistique ?

Je mène parallèlement ou presque, deux types de travaux : des travaux sur papier où je mêle gravure, peinture, signes et collages divers ; et des travaux sur toiles où la texture est très présente et où se mêlent aussi parfois signes et collages.

Je ne fais pas de croquis avant mes réalisations, le travail se construit très lentement au fur et à mesure. Je m’assois et regarde beaucoup. Je vais mettre beaucoup de temps pour savoir où et quel mot ou bribes de mots ou papier je vais coller sur la toile.

En tant qu’artiste ou qu’être humain, quels sont les champs artistiques qui vous touchent ?

Je m’intéresse aux œuvres qui invitent l’homme à réfléchir sur son propre destin, où le silence, la colère, la plénitude ou la souffrance habitent ces œuvres.

Conversation
Conversation
Quels artistes admirez-vous ?Je m’intéresse à des formes variées d’art, mais ma passion va à l’art abstrait et l’art dit contemporain en général.

Cubisme, dadaïsme, expressionnisme, action painting, mouvement informel, art minimal… Et parmi les peintres : Picasso, Miro, Klee, Tàpies, Hartung, Pollock, Fautrier, Dubuffet, De Kooning, Debré, Tal Coat, Schwitters, Soulages, Clavé, Twombly, Alechinsky,…

Mon goût me porte vers ces façons de peindre et vers les questions que certaines de ces œuvres posent.

Des signes qui ont l'air d'etre les choses
Des signes qui ont l’air d’être les choses
Quel type de dialogue voudriez-vous que vos travaux encouragent ?
Je souhaite faire entrer l’autre dans mon espace de sensibilité. Regarder une de mes toiles, c’est comme lire un poème chargé d’émotion, c’est être juste dans l’instant présent. Et peut-être qu’après tout, je ne sais pas quelle sorte de dialogue je veux entamer.

N’est-ce pas une expression de moi que je n’ai pas encore pu décrypter ?

« Est-elle arrivée ? Est-elle sur le départ ? Où être ? Que veulent dire, nous dire, toutes ses écritures, toutes ses tentatives, ses mélanges de techniques, exogènes entre elles ?

Qui suis-je, puisque je ne sais qui elle est ? » écrivait Michel Anseaume (Unkraut) – en parlant de mon travail dans « Le doigt, la lune ou la cardinalité » Edition Les ennemis de Paterne Berrichon. janvier 2001.

Dans un coin du monde
Dans un coin du monde
Exposition : L’art abstrait de Catherine Cazau, à la Galerie d’art des Studios de Paris 2, Rue Androuet.
19 septembre 2013 – 19 Novembre 2013 
Advertisements