Expression de l’ultime manifeste chérissant l’esthétique comme art de vivre, Eva Léandre soutien le talent brut de l’artiste Jack Servoz afin de prendre possession du passage des Abbesses pour leur dernier projet artistique, créant ainsi un remake rebelle du concept hollywoodien du « Walk of Fame » dans un contexte parisien, à Montmartre.

The passage entry welcomes visitors
Bienvenue au passage des Abbesses !

Portés par l’idée de promouvoir et partager l’art et les belles idées, Eva Léandre et Jack Servoz ont insufflé une nouvelle vie dans l’anciennement sombre et quelque peu insignifiant passage des Abbesses, le transformant complètement afin de créer une scène artistique animée et alternative en présentant une exposition vivante de portraits d’artistes de renommée mondiale. Cet hommage spirituel au génie artistique de Rimbaud, Hemingway, Kafka, Mondrian, Nick Cave, Camille Claudel, Iggy Pop, Johnny Rotten, Janis Joplin et William Burroughs a fait du passage un panthéon idéologique et une scène artistique contemporaine extrêmement vivante.

The artist Jack Servoz and his star companions  Kafka, Camille Claudel, Nick Cave, Iggy Pop
L’artiste Jack Servoz en compagnie de Kafka, Camille Claudel, Nick Cave, Iggy Pop et Mondrian

Dans cette galerie d’art de rue interactive qui change chaque jour du fait de l’arrachage des affiches par des passants et de la réalisation de tags sur ou bien à côté de celles-ci, un dialogue perpétuel s’instaure entre les spectateurs (parfois tentés de prendre un petit souvenir en essayant de décoller les affiches) et l’artiste, Jack Servoz, qui infatigablement et de manière dévouée, les rapiècent en peignant sur les morceaux déchirés et en modifiant les couleurs afin d’améliorer l’expression des yeux des portraits ou autre. Cela est devenu une occurrence constante, transformant cette allée en une scène artistique conviviale et pleine de vie.  

The artist at work
L’artiste au travail

Aspirant à libérer une exposition d’art conventionnelle et à rendre la liberté aux modèles en les autorisant à vivre leur propre vie, comme des oiseaux, cette intervention artistique transgresse les murs et les esprits et rompt la chaîne qui relie l’artiste à son interprète. Elle donne ainsi au « lecteur » le pouvoir d’une « interprétation illimitée » dans laquelle chaque nouvelle paire d’yeux ajoute son propre sens aux œuvres et, en conséquence, les transforme.

The amused passers-by watching Jack work
Jack travaille sous le regard amusé des passants

Concernant sa décision de représenter ces artistes en particulier, Jack Servoz déclare :

Certains grands artistes ont laissé derrière eux une empreinte indélébile. Toutefois, à leur époque, ils étaient considérés comme étant « fragiles », hypersensibles, instables, imprévisibles, voire schizophrènes. Par exemple Antonin Artaud, acteur, peintre, écrivain et peut-être notre dernier grand poète maudit, « enfermé dans la maison des morts » à l’hôpital psychiatrique de Rodez, Camille Claudel, sculpteur de génie qui, abandonnée de tous, écrivait de son lit d’hôpital dans le sud de la France : « Je réclame la liberté à grands cris ! » ou encore Ernest Hemingway, prix Nobel, qui se tire une balle dans la tête après des années de traitement psychiatrique et d’électrochocs…

Servoz and the guardians of the passage doors, Nick Cave and
Servoz, Nick Cave et Mondrian

Pour Servoz, ce sont les artistes « hors normes » qui comptent, écrivains, peintres, poètes, musiciens, les rebelles, ces âmes maudites et esprits turbulents prisonniers d’une idée fausse, séparés par le temps mais réunis ici et maintenant par leurs idées radicales, indisciplinées et violentes dans le cadre de cette rencontre des esprits, dans ce lieu inattendu qu’est ce passage du xxie siècle à Montmartre. 

An assembly of some of the passage portraits; From left to right - Rimbaud, Kafka, Janis Joplin, Camille Claudel, Nick Cave, Hemingway
Quelques-uns des portraits affichés dans le passage; de gauche à droite – Rimbaud, Kafka, Janis Joplin, Camille Claudel, Nick Cave, Hemingway

Figurant déjà dans certaines visites guidées de la Butte comme un arrêt valant le détour, la dernière métamorphose du passage des Abbesses est à l’origine de sa réputation de pôle artistique le plus recherché de Montmartre. Pour preuve, le mannequin Willy Cartier en parle sur ses réseaux sociaux et le journal Le Figaro l’utilise comme toile de fond pour ses prises de vue de mode avant-gardistes.

Model Willy Cartier posing with the street exposition of Jack Servoz, his favourite artist in his own words
http://instagram.com/p/a6Rz89sw1K/
Le mannequin Willy Cartier pose devant les œuvres de Jack Servoz, son artiste favori.

Quant aux résidents du passage, les quelques chanceux qui tutoient désormais les majestés artistiques que sont Antonin Artaud, Arthur Rimbaud et Camille Claudel, ils se sont tellement attachés à leurs nouveaux voisins qu’ils agissent en fervents gardiens et conservateurs qui gronderont tout « voleur d’affiches » ou vandale potentiel, empêchant ainsi ardemment « l’extinction » des Kafka, Hemingway et autres Nick Caves habitant le passage.

William Burroughs by Jack Servoz
William Burroughs vu par Jack Servoz

« Nous savons maintenant que rêver est une nécessité biologique… », déclare William Burroughs dans sa citation introduisant le passage. « Je pense que c’est ce que font les artistes. Ils rêvent pour les autres. »

Une promenade dans le passage des Abbesses est tout autant une invitation au rêve, pas pour les autres mais pour vous-même. Toute personne tentée de se perdre dans une vive rêverie onirique pour une période de temps indéterminée est la bienvenue.

Seated up there above the world with the passage at their feet
Assis en haut du monde en compagnie d’Arthur Rimbaud, de Johnny Rotten et d’Antonin Artaud.

L’accès au passage des Abbesses se fait au 57, rue de Trois-Frères (juste en face de notre bureau) et au 22, rue des Abbesses. Passez un agréable moment !

Advertisements